Connexion utilisateur

Twenty years of observed and predicted changes in subtidal red seaweed assemblages along a biogeographical transition zone: inferring potential causes from environmental data

10 mar 2015
Article à la Une
Mardi, Mars 17, 2015 - 08:00
Isabelle MOUAS

Twenty years of observed and predicted changes in subtidal red seaweed assemblages along a biogeographical transition zone: inferring potential causes from environmental data

R. K. Gallon, M. Robuchon, B. Leroy, L. Le Gall, M. Valero and E. Feunteun. Journal of Biogeography (J. Biogeogr.) (2014) 41, 2293–2306

Les travaux de recherche menés par l’équipe 5 pluridisciplinaire de l’UMR BOREA (MNHN-UPMC) et de l’Université de Paris VI a mis en évidence différentes réponses des communautés d’algues rouges au changement climatique dans la zone de transition biogéographique que représentent les côtes bretonnes au cours des vingt dernières années.

Les auteurs ont estimé les variations spatio temporelles de 3 paramètres environnementaux : la température de surface, la matière en suspension et le taux de chlorophylle entre 1992 et 2012 dans 5 régions contigües à partir de modèles linéaires généralisés (GLM). Pour rechercher les changements de patterns des assemblages de rhodophytes à partir de deux jeux de données (1992-1998 et 2010-2012), ils ont utilisé deux approches méthodologiques complémentaires : les analyses multivariées et des modèles de distribution d’espèces avec une batterie de procédures de modélisation.

La température des eaux côtières a augmentée de 0,7°C en vingt ans. A une échelle plus fine, les températures de surface ont évolué de manière très contrastées avec les zones ouest et nord ouest moins affectées que le sud et le nord est de la Bretagne. L’augmentation de la température de surface a provoqué d’importants changements dans les assemblages subtidaux d’algues rouges durant la période. Les modèles montrent un shift significatif de 7 sur 10 espèces les plus communes de la zone et une restriction des aires de distribution de la plupart des espèces.

Cette étude confirme d’importantes différences de réponses des communautés au sein même de la zone de transition biogéographique bretonne avec les parties ouest et nord ouest représentant des zones plus stables qui pourraient constituer une zone de refuge climatique pour certaines.

Contact BOREA : Eric FEUNTEUN

Dernières actualités

Aucun élément à afficher pour le moment.