Connexion utilisateur

Analyse multi-échelle d’un essaim d’espèces de haute altitude: diversification du complexe agassizii (Orestias, Cyprinodontidae, Teleostei) dans l’Altiplano andin.

Equipe 7 : Biodiversité et Macroécologie

ESQUER GARRIGOS Yareli Sugey

Année de soutenance: 
2013
Résumé: 

Les essaims d’espèces —groupes monophylétiques d’espèces endémiques diversifiées— constituent des cas

emblématiques pour l’étude de la diversification (e.g. les Cichlidae d’Afrique de l’Est). Deux principaux

processus évolutifs à l’origine des essaims d’espèces ont été proposés, incluant la radiation adaptative (spéciation

écologique rapide) et la radiation non-adaptative (‘mutation-order speciation’, plus lente). Nous avons étudié un

cas unique d’essaim d’espèces d’eau douce de haute altitude endémique du bassin inter-andin, à savoir le

complexe d’espèces le plus diversifié au sein du genre Orestias : le complexe agassizii. Au niveau phylogénétique,

les analyses génétiques intégrant les spécimens types (i) ont permis de délimiter plus avant le complexe

agassizii, qui devrait exclure le groupe luteus et O. jussiei, et (ii) remettent en question la validité des caractères

morphologiques diagnostiques traditionnellement utilisés pour délimiter les complexes et les espèces d’Orestias.

Le patron phylogénétique ‘deep and shalllow’ observé au sein du genre (deux lignées divergentes capables de

s’hybrider et se diversifiant en morpho-espèces non monophylétiques) correspond à un scénario de spéciation

écologique en cours au sein du Lac Titicaca commençant vraisemblablement au Pléistocène. Au niveau

phylogéographique / génétique des populations, les résultats suggèrent que les fluctuations des paléolacs et la

connectivité entre les bassins ont eu un impact majeur sur la structure des populations au sein du complexe

agassizii. Nous émettons l’hypothèse que les extensions maximales des paléolacs Ballivian à Tauca (0.6 Mya-

14.5 kya) suivies d’évènements ultérieurs de dispersion vers des zones éloignées sont à l’origine de sa

diversification à l’extérieur du Lac Titicaca, suivant une dynamique ‘source-puits’ influencée par l’isolement par

la distance (notamment par les gradients altitudinaux). Le complexe est provisoirement défini comme un ‘essaim

d’espèces lacustro-riverin’ résultant à la fois de radiations adaptative (Lac Titicaca) et non-adaptative

(Altiplano), dans l’attente de futures investigations éco-morphologiques et comportementales. En termes de

conservation, la redéfinition phylogénétique des complexes d’Orestias a permis d’identifier cuvieri comme un

clade vulnérable à l’extinction (O. cuvieri éteint) et composé de morphotypes spécialisés. Au sein du complexe

agassizii, des ‘evolutionary significant units’ ont été délimitées dans des habitats fragiles de haute altitude au

nord-est et au sud de l’Altiplano, mais les morpho-espèces endémiques chiliennes n’ont pas été confirmées. Le

niveau précis de délimitation génétique atteint au sein du complexe agassizii et pour les hybrides (O. agassizii x

O. luteus) devrait constituer un cadre utile à l’orientation des programmes de repeuplements des espèces

d’Orestias.

Fichier attaché (PDF):